1 Îlots immersifs: un modèle argovien

Degré
Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Langue(s) français, adaptable à d’autres langues
Auteure Claudine Brohy

Mise en œuvre progressive de l’enseignement bilingue

L’enseignement des langues et celui des matières dites non linguistiques ne sont jamais tout à fait dissociés. Des contenus disciplinaires, notamment dans les domaines de la culture, de l’histoire, de la géographie, de l’environnement ou de l’économie, sont toujours intégrés dans l’enseignement des langues, et, à l’inverse, des compétences langagières sont développées durant les leçons de disciplines non linguistiques, comme des compétences orales et littéraciques, réceptives et productives, informatives et argumentatives, ou le développement du vocabulaire académique et spécifique. Toutefois, l’évaluation des compétences reste ancrée dans la discipline de base, on évalue ainsi des compétences langagières dans les branches linguistiques et les connaissances disciplinaires dans les branches non linguistiques, les contenus connexes assurant dans chaque cas une fonction complémentaire importante.

L’immersion ou l’enseignement bilingue, avec ses modèles multiformes et évolutifs, intègre précisément les aspects disciplinaires et langagiers. Toutefois, les modèles bilingues conséquents, avec un temps d’enseignement important dans la langue seconde et des disciplines enseignées pratiquement totalement et sur une longue durée dans cette langue, nécessitent une préparation longue et minutieuse.

Une façon souple d’intégrer la langue de l’école, la langue seconde ou étrangère et la discipline consiste à faire de l’enseignement bilingue pendant certaines périodes, sous forme de modules bilingues, de séquences bilingues ou d’îlots immersifs. Ces îlots, qui peuvent au début durer quelques minutes, permettent d’améliorer la motivation des élèves pour la langue seconde ou étrangère, mais aussi celle des enseignantes et enseignants. Ils donnent l’occasion de se focaliser davantage sur le contenu que sur la forme, d’utiliser des documents écrits, sonores et visuels authentiques et de faciliter la collaboration entre les enseignantes et enseignants de langue et ceux d’autres disciplines. Ils permettent aussi une progression quant à la durée d’exposition et au degré de complexité de la matière traitée. Les élèves sont encouragés à utiliser les deux langues impliquées afin d’échafauder le sens et à faire des comparaisons entre les langues. Dans le cadre de la didactique du plurilinguisme, la didactique des îlots immersifs est de plus en plus intégrée dans la formation initiale et continue des enseignantes et enseignants des degrés primaire et secondaire dans les hautes écoles pédagogiques et les universités (voir le chapitre Ponts entre les langues).

Les îlots immersifs en Argovie

Cet enseignement interdisciplinaire, qui s’apparente à la didactique du plurilinguisme et de l’enseignement bilingue, peut s’effectuer à n’importe quel niveau de la scolarité. Il peut être mis en œuvre par des enseignantes et enseignants individuels dans le cadre d’un projet de classe ou alors être réalisé dans le contexte de projets d’établissements, ce qui est le cas d’écoles primaires et secondaires dans le canton d’Argovie depuis la rentrée 2012 en français langue seconde dans le cadre d’un projet pilote (Freytag Lauer et al. 2015). Les disciplines concernées sont la géographie, les mathématiques, les arts visuels et le sport. L’enseignement en îlots immersifs requièrt la préparation et l’exécution de certaines phases précises. Dans un premier temps, les enseignantes et enseignants choisissent, selon le plan d’études, la discipline, la matière et des séquences qui se prêtent à l’enseignement bilingue. Ils informent l’établissement et les parents et déterminent une phase d’éveil et une phase de réalisation du projet bilingue (Freytag Lauer et al. 2015: 85-86). On peut également faire précéder une phase d’activation dans la langue de l’école afin de mobiliser les compétences déjà acquises et de faire le lien avec la séquence planifiée. Durant la phase d’éveil, on vise et mobilise plutôt des compétences réceptives, lors de la phase de réalisation, également des compétences productives.

Les écoles argoviennes ont pris le pari de ne pas évaluer les élèves sous forme de notes. On peut toutefois utiliser des formes d’évaluation qui n’impliquent pas une charge langagière importante, ou alors évaluer dans la langue de l’école, ce qui assure aussi le transfert entre les deux langues. Afin de piloter la qualité des îlots immersifs, on mesurera les attitudes des élèves et leur acceptation, mais la plupart du temps ils apprécient de varier les apprentissages et de pouvoir communiquer et agir dans la langue seconde lors d’activités scientifiques, artistiques et sportives.

Pour une description complète du projet, des appréciations des enseignantes et enseignants concernés ainsi que de nombreux exemples par les classes de tous les degrés, voir le document du projet sous www.schulen-aargau.ch.

Consultez les références bibliographiques sous «Ce qu’en dit la recherche».

Tout l'exemple à imprimer

Îlots immersifs: un modèle argovien (pdf)
Ce qu’en dit la recherche (pdf)

Cette page en: Deutsch Italiano

Dernière actualisation de cette page: 13.09.2019

Job